Bernard Maintenaz, membre du Jury de l’Association Marius Lavet, nous a quitté à l’âge de 94 ans.

Né en 1926, ingénieur diplômé de l’École nationale supérieure d’arts et métiers (Pa 1943) et de l’École supérieure d’optique (ESO 47), il a fait toute sa carrière chez Essilor. Directeur R&D d’Essilor (fusion d’Essel et de Silor), directeur général, puis président-directeur général (1980-1991) et président d’honneur de l’entreprise. 

Bernard Maitenaz a été enseignant à SupOptique de 1957 à 1976 et membre du conseil d’administration. Il fut conseiller de l’enseignement technique au ministère de l’Éducation nationale de 1966 à 1976. Président de la Commission Innovation et Recherches du CNPF de 1984 à 1994, membre du Conseil Supérieur de la Propriété Industrielle de 1985 à 1994, Administrateur du CNRS de 1992 à 1995. 

On lui doit l’invention en 1959 du premier verre progressif, un « verre à foyer variable de façon continue », le Varilux, une première mondiale.

Son expertise reconnue mondialement et sa personnalité ont propulsé Essilor au rang de leader mondiaux.

Il fut également Dr Honoris Causa de l’Université de Montréal et de l’Université de Boston, Membre de l’Académie des Technologies, Officier de la Légion d’honneur, Commandeur de l’ordre national du Mérite et membre du Jury de l’Association Marius Lavet jusqu’en 2019

Nous voulions rendre hommage à cet inventeur et industriel dont nous conserverons le souvenir vivant.

En 2019 nous avions organisé un Cocktail en son honneur

Avec l’humour et l’humilité qui le caractérisait, il nous avait remercié en nous adressant l’email suivant :

Cher Marius,
J’ai perdu ton adresse-mail, mais Pierre doit la connaître…

Je voulais pas ce petit mot te féliciter et te remercier :
Te féliciter car ton oeuvre est très importante, et on ne peut qu’être admiratif devant ce nombre de brevets dont tu es l’auteur
Te remercier, car à ton époque l’ISF n’existant pas, tu as eu l’idée géniale de léguer ta fortune à la Fondation de France en vue de créer un prix destiné aux inventeurs français.
Mais en plus, par un dédale administratif dont je veux ignorer le détail, tu confies la gestion et l’animation de ce prix Pierre Breese.

Je dois te dire, pour l’avoir vu à l’oeuvre que Pierre fut dès le départ un excellent président : il s’est organisé afin de mettre en oeuvre tes dernières volontés, tout en veillant scrupuleusement au respect des conditions que tu avais précisées…
Au cours de ces vint années, si Pierre a démontré des qualités d’animateur exigeant, il a su créer et maintenir au sein du groupe dont il s’est entouré, un climat d’amitié que nous avons tous apprécié.
Par exemple, dernièrement lorsque l’un d’entre nous a jeté l’éponge, en raison de son âge, il a organisé un pot de départ, chez lui, où son épouse et ses enfants se sont impliqués personnellement, donnant à cette réunion un caractère particulièrement chaleureux. (un grand merci à eux)
Il a même offert à cette occasion des souvenirs photos très appréciés et dédicacés…(merci aux signataires)

L’innovation et la propriété intellectuelle sont les deux clés de cette belle aventure que je viens de vivre, suite à ton initiative.
Grâce à Pierre l’amitié en fut la troisième clé. Et cette dimension est si importante…

Pour l’illustrer par une image : elle apporte aux relations professionnelles ou sociales, ce que la couleur apporte aux films en noir et blanc…

Quand aujourd’hui, je parcours mes soixante et onze années de vie professionnelle, je mesure l’importance du  »rapport à l’autre’’.
J’ai été largement gâté à cet égard et en suis très reconnaissant…
Mais aussi, sur un autre plan, vu de mon grand âge actuel, il me semble que l’on sous-estime l’énergie qu’un jeune peut consacrer à son projet, lorsqu’il a une idée dans la tête… Ceci va bien dans le sens de la tendance actuelle des Start-ups, et c’est très encourageant pour l’avenir !

Merci Marius pour ton idée, Merci à Pierre pour ce que tu en as fait.

Merci aussi à tous ceux que j’ai rencontrés durant ces vingt années et en particulier hier soir.
Nul doute que l’avenir vous apportera de nombreux et brillants candidats, permettant de donner à ce prix Marius-lavet une notoriété encore plus grande…

Bien amicalement
BMz

Son talent et son aménité n’avaient d’égales que sa modestie, celle des véritables maîtres, et cette simplicité qu’on ne rencontre que chez les plus grands.
L’association Marius Lavet lui doit pour une grande part le climat de convivialité et de camaraderie que j’y ai toujours connu, et je lui dois à titre personnel certains des meilleurs souvenirs de mon passage aux Ingénieurs et Scientifiques de France.
Bernard a rejoint Marius, et je ne doute pas que jusqu’au dernier moment l’un comme l’autre aient été heureux de savoir que se poursuivrait ce qui est devenu leur œuvre commune.

Julien Roitman

Président - France Compétitivité, Président honoraire des Ingénieurs et Scientifiques de France

Nous devons tous beaucoup à ceux qui consacrent leur vie et leur intelligence à faire faire quelques petits pas à l’humanité. Collectivement ils transforment nos vies à tous.

Sans eux où en serions-nous ?

Christine Bénard

Membre du Jury Marius Lavet, Director - R&D strategies

Bernard que je connaissais depuis une quizaine d’années, faisait partie de mes héros personnels de jeune ingénieur dans les années 1970, et j’avais été très honoré de le rencontrer enfin en 2006.

J’ai eu aussi le plaisir de le côtoyer dans le cadre de l’Association Marius Lavet en 2007-2009. Il m’avait alors profondément impressionné par sa vision de très haut niveau des sujets qu’il abordait et son extraordinaire modestie.

Paix à l’âme de Bernard et pensées pour ses proches …
Pierre

Pierre Tarissi

Membre du Jury Marius Lavet, Business Angel, militant de la recherche scientifique française

Jean Carayon

Membre du Jury Marius Lavet, Président d'honneur de la Fondation des Arts & Métiers

Nous adressons à sa famille, enfants et petits-enfants et arrières petits-enfants nos plus sincères condoléances.

De nombreux hommages lui sont également rendus dans la presse, française et internationale

« Le père du premier progressif, qui a défié les lois de la physique pour mettre au point l’un des produits les plus révolutionnaires de notre secteur, nous a quitté à l’âge de 94 ans » – Article : www.opticien-presse.fr

Hommage également de Essilor – Source acuite.fr – Vidéos ci dessous